Covid-19 : Reconfinement possible en Lorraine ?

Face à la recrudescence des nouvelles infections au covid-19 observée en région Grand Est, des maires de grandes villes plaident pour «une action rapide» et la mise en place de nouvelles mesures pour éviter une saturation des services hospitaliers.

Les autorités gardent les yeux rivés sur l'évolution des différents indicateurs de l'épidémie. Dans le Grand Est, certains signaux sont jugés inquiétants, alors même qu'une éventuelle nouvelle flambée de contaminations liée aux retrouvailles familiales de Noël ne devrait être visible qu'aux alentours du 5 janvier, selon les experts français.

Parmi les voyants rouges à s'allumer figure le taux d'incidence, à savoir le nombre de tests positifs pour 100.000 habitants. Depuis le début du mois de décembre, ce taux se situe au-delà des 200 cas en Meurthe-et-Moselle et en Moselle, alors qu'il reste sous la barre des 150 dans l'ouest de la France. «Du 14 au 20 décembre, 12.760 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés, soit une augmentation de 70 % en trois semaines», a averti l’Agence régionale de santé (ARS) le 24 décembre dernier. Au niveau de la région Grand Est, le taux d'incidence se fixait, le 28 décembre, à 203 cas pour 100.000 habitants, contre 125 au niveau national.

Il faut toutefois relativiser ces données et tenir compte du fait de la très forte progression du nombre de tests qui sont aujourd'hui faciles d'accès et qui ont été multipliés au moment des fêtes de noël.

Ces données poussent les responsables politiques, notamment lorrains, à plaider pour la mise en oeuvre de nouvelles mesures. C'est notamment le cas de Mathieu Klein qui se dit favorable à un reconfinement local. Interrogé lundi sur les ondes de France Inter, le maire de Nancy estime «ne pas voir aujourd'hui d'autres solutions opérationnelles pour ralentir la progression de l'épidémie, pour protéger notre système de soins». Une décision qui s'appliquerait, selon lui, «aux territoires qui sont aujourd'hui les plus touchés, dont le Grand Est et la métropole de Nancy en particulier.»

Une position partagée par Jean Rottner, président de la région Grand Est et médecin urgentiste de formation, qui ne cache pas sa crainte de voir «une recrudescence des hospitalisations aux urgences» dans les jours à venir. Interrogé sur les ondes de France Bleu Lorraine, il plaide pour un «confinement local court pour ne pas trop perdre». Reste désormais à savoir si ce nouveau tour de vis sanitaire se fera «au niveau de la région, de quelques départements, de quelques grandes villes».

Ces deux positions ne sont toutefois pas partagées par François Grosdidier, maire de Metz et président de Metz Métropole. Il regrette que ses collègues lorrains fassent le buzz sur un sujet aussi grave.